Monthly Archives: July 2007

Executions resume in Florida – Reprise des exécutions en Floride

 markschwab.jpg

Mark Schwab. ©Florida Department of Corrections

On Wednesday, Governor Charlie Crist signed his first death warrant in Florida. Executions had been suspended for the last seven months after a lethal injection failed to kill Angel Diaz quickly in December 2006. It took Mr Diaz 34 minutes and an extra dose of chemicals to die. Jeb Bush, Mr Crist’s predecessor, had suspended all executions after that. A commission created to review the death penalty in Florida founf that Mr Diaz’s executioners were poorly trained.

Mark D. Schwab, who was sentenced to death in 1992 for the kidnapping, rape and first-degree murder of Junny Rios-Martínez, an 11-year-old boy , will now be executed on November 15 2007 by lethal injection.

Charlie Crist, le gouverneur de Floride, a signé mercredi la première mise à mort de son mandat. Les exécutions étaient suspendues depuis sept mois en Floride après une exécution ratée en décembre 2006. Angel Diaz avait mis 34 minutes à mourir dans des circonstances terribles. Les bourreaux avaient dû lui injecter une seconde dose de produits chimiques pour le tuer. Ce faux-pas avait incité Jeb Bush, le prédecesseur de Charlie Crist, à suspendre les exécutions et à créer une commission d’enquête. Cette dernière avait conclu que les bourreaux d’Angel Diaz étaient mal entraînés.

Mark Schwab, un homme de 38 ans qui avait été condamné à mort en 1992 pour l’enlèvement, le viol et le meurtre de Junny Rios-Martinez, un garçon de 11 ans, doit être exécuté le 15 novembre prochain.

Advertisements

Leave a comment

Filed under death row, US news

An all-nighter in the Senate, and what? – Une séance nocturne au Sénat et quoi d’autre?

US Senators did not sleep much last night as they debated all night long a troop withdrawal from Iraq. But did they accomplish anything? Democrats got the nice photo-op they were looking for. They actually appear to be trying to do something and put Republicans on the defensive. If you are tired to hear the same Republican arguments about fighting terrorists in Iraq in order not to fight them in the US, so am I. Al-Qaida was not in Iraq before the US invasion. A report by US intelligence services published on Tuesday not surprisingly warns of the growing threat of possible attacks in the United States. But that will not prevent the Bush administration to argue that the war made the US more secure. Right. The report also said that the connection between Al Qaida and Al Qaida Iraq enabled the terrorist network to recruit new agents among Sunni extremists.

The problem of the Democratic political exercise did not accomplish much other than make them feel good about themselves. No question they are frustrated by their inability to force a troop withdrawal from Iraq. The whole thing looked good for them but my guess is you will not see much new developments unless the Pentagon starts facing real troop shortages.

Les Sénateurs américains n’ont pas beaucoup dormi la nuit dernière. Ils l’ont passée à débattre sur un projet de loi démocrate demandant un retrait des troupes américaines d’Irak. Mais ont-ils fait bouger les choses? En forçant leurs adversaires républicains à participerà cette session nocturne, les démocrates ont obtenu ce qu’ils cherchaient: une jolie couverture médiatique de leurs efforts. Ils paraissent être actifs et mettent les républicains sur la féfensive. Je suis aussi fatigué que vous d’entendre les mêmes arguments conservateurs sur le besoin d’attaquer les terroristes en Irak pour ne pas avoir à les affronter aux Etats-Unis. Al Qaïda n’était pas présente en Irak avant l’invasion américaine. Un rapport des services de renseignement américains met en garde face à la menace accrue d’Al Qaïda. Mais cela n’empêchera pas le gouvernement Bush de continuer à prétendre que la guerre en Irak a rendu les Etats-Unis plus sûrs.

Le problème avec l’initiative démocrate d’hier, est qu’elle n’a servi qu’à donner bonne conscience aux démocrates. Leur projet de loi a échoué. A mon avis, rien ne bougera dans ce dossier tant que le Pentagone ne tirera pas la sonnette d’alarme et ne mentionnera pas le manque d’hommes pour combattre en Irak.

Leave a comment

Filed under Iraq war, US news

The robber appears in court using crutches only to see his bail doubled – Caution doublée pour l’homme estropié qui s’est présenté au tribunal

You might remember my previous post about the guy , who tried to steal copper in the house of a Texas Representative in Houston. The democratic lawmaker spotted him and shot him in the leg after the robber threw a pocketknife at him. The story gets funnier. Bruce Anthony Toler, 55, appeared in court last week using crutches and was charged with aggravated robbery with a deadly weapon (the pocketknife). His bail was doubled to $60,000 by a judge, who cited six previous felonies. As a reminder: Borris Miles, the Texas Rep. who shot Toler in self-defense, had recently voted against a law authorizing Texans to deadly force if they felt threatened.

Vous rappelez peut-être de l’une de mes précédentes entrées sur l’homme qui a tenté de voler du cuivre dans la maison d’un élu texan et qui s’est fait tirer dans la jambe par ce dernier. L’histoire est encore plus drôle. Bruce Anthony Toler, le voleur de 55 ans, a été formellement inculpé la semaine dernière pour cambriolage avec une arme meurtrière. Lorsqu’il s’était retrouvé face au représentant texan, Toler avait tenté de lancer un couteau de poche sur lui. Il est comparu devant le tribunal de Houston en s’appuyant sur des béquilles. Pour sa peine, le juge en charge de l’affaire a doublé sa caution à $60 000 en raison du passé criminel “chargé” de Toler. L’homme est un vétéran du vol. Il a déjà été condamné six fois.

Leave a comment

Filed under Texas, US news

Troy Davis’ last attempt to save his life – Dernière tentative de Troy Davis pour sauver sa vie

troydavis.jpg

Troy Davis ©Georgia Department of Corrections

Troy Davis made today a last attempt to save his life before his scheduled execution on Tuesday July 17. His lawyers asked Georgia state officials for clemency. Davis, who was convicted of killing a police officer in 1989 and sentenced to death, has acknowledged being at the scene of the murder, but has denied any involvement in the crime. His lawyers argue that several witnesses recanted their testimony. Five people, who testified against Davis at his trial, spoke today on his behalf at the parole hearing. John Lewis, a democratic Representative, also appeared in front of the Board to support Davis’ call for a reprieve. This case highlights without doubt the problem with the legal system in the US. Will Georgia let an execution go forward when seven out nine witnesses for the prosecution changed their story since Davis’ trial? This is a huge question mark. I do not know enough about the case to say an innocent man is about die. But as long as there is a doubt about Davis’ guilt, Georgia authorities should not let this execution go forward.

UPDATE: According to the wires, Davis got a 90-day stay of execution.

Troy Davis a fait aujourd’hui une dernière tentative pour tenter de sauver sa vie à 24heures de son exécution prévue. Ses avocats ont demandé aux autorités de l’Etat de Géorgie de faire preuve de clémence. Davis qui a été condamné à mort pour le meurtre d’un policier en 1989, a reconnu avoir été sur les lieux du crime mais affirme ne pas en être l’auteur. Ses avocats affirment que sept des neuf témoins de l’accusation au moment du procès, sont revenus sur leur déposition. Aujourd’hui, cinq d’entre eux sont apparus devant la Commission des pardons de Géorgie pour soutenir la requête de Davis. Ils étaient accompagnés par John Lewis, un Représentant démocrate qui a aussi soutenu la requête du condamné à mort. L’affaire Troy Davis met une nouvelle fois en évidence les problèmes du système légal américain. La Géorgie peut-elle exécuter un homme alors que sept des neuf témoins de l’accusation ont changé leur version des faits. Je ne connais pas assez bien le cas pour dire qu’un homme innocent est sur le point de mourir. Mais tant qu’un doute subsiste sur la culpabilité de Davis, les autorités de Géorgie ne peuvent pas laisser faire ça.

DERNIERE HEURE: Selon les agences, Troy Davis a obtenu un report d’exécution de 90 jours.

Leave a comment

Filed under death row, US news

First execution in South Dakota in 60 years – Première exécution dans le Dakota du Sud en 60 ans

12258.jpg

Elijah Page. ©DR

Weird week for the death penalty in the US. On Wednesday night, Elijah Page, 25, was executed in South Dakota. He was the first man to be put to death in that State in 60 years. The day before, Rolando Ruiz, a hitman set to die, won a last-minute reprieve in Texas. “I didn’t think I was going to get a stay,” Ruiz told prison officials according to AP. “I guess you could say I’m happy.”

Ruiz would have been the 19th prisoner to be put to death this year in the nation’s most execution-friendly state. The unusual stay was granted by the 5th US Circuit Court of Appeals after the US Supreme Court refused earlier this year to review the case. The judges from the Court of Appeal decided they needed more time to check if Ruiz was well represented during the sentencing phase of his trial. His lawyers argue jurors should have been allowed to consider Ruiz’ alcohol and drug dependency before sentencing him to death. Ruiz had been convicted in the July 14, 1992 murder of Theresa Rodriguez. He had been paid $2000 by Michael Rodriguez, her husband who wanted to collect her life insurance benefits.

In South Dakota, Elijah Page had been convicted in a brutal killing in March 2000. He had given up all his appeals but his execution had been delayed a year because of a debate on the lethal injection procedure in South Dakota.

I remember writing a story about death penalty last February. I had interviewed Austin Sarat, author of “When State kills. He argued that the US was reconsidering death penalty. It is in many ways, but when you look at the execution schedule in Texas, you get a sense of a chilling reality.

I am totally opposed to death penalty because it is barbaric and will not solve anything. But unlike many death penalty opponents, I do not think there is a scheme to kill indigent defendants. The system is simply not working. I have covered the legal system in Louisiana extensively for my film Razor Wire Rodeo and I know there is a fundamental injustice. Poor defendants are much more vulnerable and more likely to end up on death row. But one should never forget a fact when debating death penalty: Theresa Rodriguez died exactly 15 years ago. The price tag on her life was $2000.

Drôle de semaine pour la peine de mort aux Etats-Unis. Mercredi soir, Elijah Page, 25 ans, a été exécuté dans le Dakota du Sud. Il est le premier homme à être mis à mort dans cet Etat depuis 60 ans. La veille, Rolando Ruiz, un tueur à gages, a vu son exécution être suspendue à la dernière minute au Texas. “Je pensais pas obtenir un sursis”, a déclaré Ruiz au personnel de la prison, selon l’agence AP. “Je suis heureux”.

Rolando Ruiz aurait été le 19 ème prisonnier à être exécuté dans ce Texas qui est l’Etat le plus expéditif des Etats-Unis. Ce sursis surprenant a été octroyé par la Cour d’Appel du Texas alors que la Cour Suprême des Etats-Unis avait refusé de se pencher sur le cas au début de cette année. Les juges ont cette fois estimé avoir besoin de plus de temps pour réétudier le cas de Ruiz. les avocats de ce dernier estiment qu’il n’a pas eu une défense appropriée lors de son procès. Ils prétendent que les jurés auraient dû être mis au courant de la dépendance de Ruiz à l’alcool et à la drogue avant de déterminer s’il méritait la peine de mort ou la perpétuité pour son crime. Rolando Ruiz avait été reconnu coupable du meurtre de Theresa Rodriguez, le 14 juillet 1992. Il avait été payé $2000 par Michael Rodriguez, le mari de cette dernière.

Dans le Dakota du Sud, Elijah Page avait été reconnu coupable d’un meurtre brutal en 2000. Il avait stoppé sa procédure d’appel, mais son exécution avait été repoussée d’une année à cause d’un débat sur la méthode de mise à mort.

Je me rappelle avoir écrit en février dernier un article sur le recul de la peine de mort aux Etats-Unis. J’avais interviewé Austin Sarat, auteur de “When State kills” (Quand l’Etat tue). Il expliquait que les Etats-Unis étaient en train de reconsidérer la peine de mort. C’est le cas dans beaucoup d’Etats mais la liste d’exécutions prévues au Texas cette année, fait froid dans le dos.

Je suis totalement opposé à la peine de mort. C’est barbare et ça ne résout rien. L’Etat devrait montrer un autre exemple. Mais contrairement à beaucoup d’opposants de la peine capitale, je ne pense pas qu’il y ait de machination du gouvernement pour mettre à mort des pauvres. J’ai enquêté longuement sur le système légal de Lousiane dans le cadre du Rodéo des Condamnés, le documentaire dont je suis le co-auteur avec Nicolas Pallay. Il est clair que le système est totalement inégal. Un prévenu pauvre, représenté par un avocat commis d’office, a beaucoup plus de chances de terminer dans les couloirs de la mort qu’un prévenu aisé. Mais personne ne devrait oublier un simple fait au moment de débattre de la peine capitale: Theresa Rodriguez est morte il y a quinze ans jour pour jour. Sa vie valait $2000 pour son mari et pour Rolando Ruiz.

Leave a comment

Filed under death row, Texas, US news

In the ashes of the first “official” US shantytown – Dans les cendres du premier bidonville “officiel” des Etats-Unis

libertysample2.jpg

Timothy Fuller (jcde)

I met Timothy Fuller one morning of January of this year in Miami. He was angry. The 50-year old man had just lost everything: his wife, his job and his car he was desperately trying to start in order to leave Miami. Timothy had ended up at Umoja (Unity in swahili), the first “official” shantytown in the US. There, in his cardboard hut, he was waiting for something to happen (Please read the story published by 24heures, Tribune de Genève and the.point.is. news agency).

Something did happen. Umoja burnt down one night in late April. Nobody was hurt but 60 or so homeless people lost their last shelter in the ashes of the small village. They also lost a sense of community and a reason for hope.

Three months later, activist Max Rameau, the man who launched Umoja as a protest against housing policies in Miami, is still fighting with the city authorities to get a housing complex for homeless people on the site of the former shantytown. But things are tricky and both activists and the city council of Miami have been unable to come up with a solution. So for now, Umoja is just an empty lot. Max Rameau told Reuters news agency last month that some former residents of Umoja went into rehab, others moved into shelters or made their own living arrangements. But they will probably have to wait for a long time before getting their own small apartment.

For my part, I just hope to find out one day where Timothy ended up.

J’ai rencontré Timothy Fuller un matin de janvier cette année à Miami. Il était en colère. L’homme de 50 ans avait tout perdu: sa femme, son travai et sa voiture qu’il tentait désespérément de faire repartir pour quitter Miami. Timothy avait finalement atteri à Umoja (signifie unité en swahili), le premier bidonville “officiel” des Etats-Unis. Là, dans sa petite hutte de bois et papier mâché, Timothy attendait que quelque chose se passe (voir l’article paru dans 24heures et Tribune de Genève est disponible sur le site de l’agence de presse the.point.is).

Quelque chose s’est produit. Un soir de fin avril, Umoja a brûlé. Personne n’a été blessé mais la soixantaine de résidents a vu son seul abri partir en fumée. Dans les cendres du bidonville, ces hommes et femmes ont perdu leur espoir et un sentiment d’apparteance à une communauté. Je me demande d’ailleurs si Timothy était toujours là.

Trois mois plus tard, Max Rameau, l’activiste qui avait créé Umoja pour protester contre la politique du logement de la ville de Miami, se bat toujours avec les autorités pour obtenir un complexe immobilier capable d’accueillir les sans-abris. La ville s’est déclarée ouverte à cette proposition mais les deux parties n’ont pas (encore) réussi. En juin, Rameau a déclaré à l’agence Reuters que certains des habitants d’Umoja ont entamé des cures de réhabilitation. D’autres ont atteri dans des foyers ou ont trouvé d’autres solutions. Aujourd’hui, tous vont devoir encore patienter pour obtenir l’appartement espéré sur le site d’Umoja.

Pour ma part, j’aimerais bien savoir un jour ce que Timothy Fuller est devenu.

1 Comment

Filed under US news

Never try to rob a Texan lawmaker – N’essayez jamais de cambrioler un élu texan

The title of this post says it all. Don’t ever try to rob a Texan lawmaker. Even if that elected official is a democrat, who voted against a law giving Texans the right to use deadly force when somebody tries to break into their home. On Sunday, Representative Borris Miles shot an intruder in the house he is building in Houston. He told the police he was fixing a leak on the second floor of his house, when he saw two men trying to steal copper wiring downstairs. Mr Miles confronted them and said he was attacked with a pocketknife. Mr Miles, a former law enforcement officer, shot one of the men in the leg. The latter is now in hospital and is facing charges of aggravated robbery.

The law Mr Miles, an African-American, voted against, is called the “castle doctrine”. It was sponsored by Joe Driver, the republican Representative I interviewed for Swiss Public Radio. This radio story is now available on tpinews.com. Driver’s law that basically allows you to defend yourself and shoot first if somebody tries breaking into your home, your car or your place of work. It was signed by Texas Governor Rick Perry.

Kind of scary isn’t? It is for a European, because there is not the same gun culture in Europe. But the reality in Texas is totally different. There, you step up to defend yourself, your family, your property. It kind of seems to be in your genes. This mentality probably played a role in George Bush’s decision to attack Iraq.

I should add that not all Texans are gun lovers. Some places like Austin have a totally different feel. But guns are part of the daily life in Texas. And that is why my encounter with Joe Driver was very interesting. Here is a man, who advocates the use force to protect one’s property (as opposed to retreat). It is tough. It might be crazy but there is a logic behind his approach. Imagine: even his opponents use guns to protect their homes. It looks like Texan robbers should better relocate to other states…

Le titre de cette entrée résume bien la situation. N’essayez jamais de cambrioler un élu texan. Même si celui-ci est démocrate et qu’il s’est récemment opposé à une loi autorisant l’usage de la force meutrière pour défendre son domicile Dimanche, le Représentant Borris Miles a tiré sur un intrus dans la maison qu’il fait construire à Houston. Selon l’agence AP, l’élu démocrate a dit à la police qu’il était en train de réparer une fuite au deuxième étage de sa maison quand il a vu deux hommes en train d’essayer de voler de cuivre. M. Miles est intervenu. Quand l’un des cambrioleurs l’a attaqué avec un couteau de poche, le parlementaire, un ancien représentant des forces de l’ordre, lui a tiré dans la jambe. Résultat: le voleur est aujourd’hui à l’hôpital. A sa sortie, il se fera inculper.

La loi à laquelle Borris Miles, un Afro-Américain, s’est opposé, s’appelle “doctrine du château”. Ce texte qui permet aux citoyens texans de tirer en premier sur des assaillants s’ils craignent pour leur vie ou la vie de proches, a été sponsorisé par Joe Driver, un Représentant texan que j’ai interviewé en mars lors de l’un de mes reportages pour la Radio Suisse Romande. Ce sujet est désormais disponible sur tpinews.com. Quant à la loi, elle a été signée fin mars par le gouverneur Rick Perry.

Cela a de quoi faire peur, non? En Europe, il n’y a pas cette culture de l’arme à feu et la démarche de Joe Driver semble effrayante. Mais au Texas, la réalité est totalement différente. Là-bas, on ne bat pas en retraite. On prend les choses en main quand il s’agit de se défendre ou de défendre l’un de ses proches. Cette mentalité à probablement joué un rôle dans la décision de George Bush d’attaquer l’Irak.

Je devrais préciser que tous les Texans ne sont pas des fous d’armes. A Austin, il y a par exmple une atmosphère totalement différente du reste de l’Etat. Mais les pistolets font partie du quotidien du Lone Star State. C’est pour cette raison que ma rencontre avec Joe Driver fut si intéressante. Voilà un homme qui défend le recours à la force quand il s’agit de défendre sa propriété. Voilà un homme qui, pour un Européen, a tous les attributs de l’image du redneck. Mais cet élu a une démarche logique. Que l’on approuve ou pas, le discours se tient et correspond à une réalité. La preuve: même ses opposants ont recours à cette force qu’il préconise. Il ne fait vraiment pas bon d’être cambrioleur au Texas….

Leave a comment

Filed under Texas, US news