Le retour d'”Hussein Obama”

Il est temps de reprendre ce blog trop longtemps délaissé faute de temps. La campagne présidentielle américaine est déjà bien lancée. Je l’ai couverte de l’Iowa à la Caroline du Sud, en passant par le New Hampshire, le New Jersey et New York. Prochaine étape: le Texas, mardi 4 mars. Pris par la gestion de mon  agence de presse the.point.is. ,  je ne vais pas avoir l’occasion d’adapter régulièrement mes billets en anglais (sorry guys). Pour ce retour, j’ai envie de parler de Barack Hussein Obama. Vous avez sûrement pu suivre la polémique provoquée par la réapparition de la photo du sénateur de l’Illinois portant un costume traditionnel africain et un turban. Ce cliché  pris il y a deux ans, lors d’un voyage de Bracak Obama au Kenya, au pays de son père, est potentiellement ennuyeux pour un politicien dont le deuxième prénom est Hussein et qui a dû rappeler à plusieurs reprises aux Américains qu’ils n’est pas musulman. Il y a beaucoup de confusion sur le sujet aux Etats-Unis. Au lendemain de la victoire d’Obama en Caroline du Sud fin janvier, je prenais mon petit-déjeuner dans un hôtel de Columbia, la cipatle de l’Etat, quand mon voisin de table  avait engagé la conversation avec la serveuse. Ce dernier qui affirmait être un supporter d’Obama, avait fait part de son scepticisme sur les chances d’Obama à cause de son deuxième prénom, Oussama (sic).  A sa décharge, s’appeler Hussein aux Etats-Unis est actuellement presque aussi lourd qu’Oussama. Trop d’images sont associées à ces prénoms dans un pays encore marqué par les attentats du 11 septembre 2001 et désabusé par la guerre en Irak. L’image perdure et est véhiculée par certains conservateurs. Aujourd’hui, un présentateur de talk-show qui devait introduire le candidat républicain présidentielle, John McCain, lors d’un meeting dans l’Ohio, a parlé à plusieurs reprises de “Barack Hussein Obama”. McCain s’est rapidement distancé des propos de son supporter et s’est excusé. Certains dans cette campagne ne peuvent s’empêcher de jouer avec le subconscient des Américains. Je doute que la stratégie marche, mais John Sidney McCain, Hillary Diane Clinton et Michael Dale Huckabee ont un avantage de taille face à Obama: un deuxième prénom qui ne rappelle pas un dictateur irakien exécuté. 

Advertisements

Leave a comment

Filed under journalism, US news, White House 2008

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s