Category Archives: death row

First execution in South Dakota in 60 years – Première exécution dans le Dakota du Sud en 60 ans

12258.jpg

Elijah Page. ©DR

Weird week for the death penalty in the US. On Wednesday night, Elijah Page, 25, was executed in South Dakota. He was the first man to be put to death in that State in 60 years. The day before, Rolando Ruiz, a hitman set to die, won a last-minute reprieve in Texas. “I didn’t think I was going to get a stay,” Ruiz told prison officials according to AP. “I guess you could say I’m happy.”

Ruiz would have been the 19th prisoner to be put to death this year in the nation’s most execution-friendly state. The unusual stay was granted by the 5th US Circuit Court of Appeals after the US Supreme Court refused earlier this year to review the case. The judges from the Court of Appeal decided they needed more time to check if Ruiz was well represented during the sentencing phase of his trial. His lawyers argue jurors should have been allowed to consider Ruiz’ alcohol and drug dependency before sentencing him to death. Ruiz had been convicted in the July 14, 1992 murder of Theresa Rodriguez. He had been paid $2000 by Michael Rodriguez, her husband who wanted to collect her life insurance benefits.

In South Dakota, Elijah Page had been convicted in a brutal killing in March 2000. He had given up all his appeals but his execution had been delayed a year because of a debate on the lethal injection procedure in South Dakota.

I remember writing a story about death penalty last February. I had interviewed Austin Sarat, author of “When State kills. He argued that the US was reconsidering death penalty. It is in many ways, but when you look at the execution schedule in Texas, you get a sense of a chilling reality.

I am totally opposed to death penalty because it is barbaric and will not solve anything. But unlike many death penalty opponents, I do not think there is a scheme to kill indigent defendants. The system is simply not working. I have covered the legal system in Louisiana extensively for my film Razor Wire Rodeo and I know there is a fundamental injustice. Poor defendants are much more vulnerable and more likely to end up on death row. But one should never forget a fact when debating death penalty: Theresa Rodriguez died exactly 15 years ago. The price tag on her life was $2000.

Drôle de semaine pour la peine de mort aux Etats-Unis. Mercredi soir, Elijah Page, 25 ans, a été exécuté dans le Dakota du Sud. Il est le premier homme à être mis à mort dans cet Etat depuis 60 ans. La veille, Rolando Ruiz, un tueur à gages, a vu son exécution être suspendue à la dernière minute au Texas. “Je pensais pas obtenir un sursis”, a déclaré Ruiz au personnel de la prison, selon l’agence AP. “Je suis heureux”.

Rolando Ruiz aurait été le 19 ème prisonnier à être exécuté dans ce Texas qui est l’Etat le plus expéditif des Etats-Unis. Ce sursis surprenant a été octroyé par la Cour d’Appel du Texas alors que la Cour Suprême des Etats-Unis avait refusé de se pencher sur le cas au début de cette année. Les juges ont cette fois estimé avoir besoin de plus de temps pour réétudier le cas de Ruiz. les avocats de ce dernier estiment qu’il n’a pas eu une défense appropriée lors de son procès. Ils prétendent que les jurés auraient dû être mis au courant de la dépendance de Ruiz à l’alcool et à la drogue avant de déterminer s’il méritait la peine de mort ou la perpétuité pour son crime. Rolando Ruiz avait été reconnu coupable du meurtre de Theresa Rodriguez, le 14 juillet 1992. Il avait été payé $2000 par Michael Rodriguez, le mari de cette dernière.

Dans le Dakota du Sud, Elijah Page avait été reconnu coupable d’un meurtre brutal en 2000. Il avait stoppé sa procédure d’appel, mais son exécution avait été repoussée d’une année à cause d’un débat sur la méthode de mise à mort.

Je me rappelle avoir écrit en février dernier un article sur le recul de la peine de mort aux Etats-Unis. J’avais interviewé Austin Sarat, auteur de “When State kills” (Quand l’Etat tue). Il expliquait que les Etats-Unis étaient en train de reconsidérer la peine de mort. C’est le cas dans beaucoup d’Etats mais la liste d’exécutions prévues au Texas cette année, fait froid dans le dos.

Je suis totalement opposé à la peine de mort. C’est barbare et ça ne résout rien. L’Etat devrait montrer un autre exemple. Mais contrairement à beaucoup d’opposants de la peine capitale, je ne pense pas qu’il y ait de machination du gouvernement pour mettre à mort des pauvres. J’ai enquêté longuement sur le système légal de Lousiane dans le cadre du Rodéo des Condamnés, le documentaire dont je suis le co-auteur avec Nicolas Pallay. Il est clair que le système est totalement inégal. Un prévenu pauvre, représenté par un avocat commis d’office, a beaucoup plus de chances de terminer dans les couloirs de la mort qu’un prévenu aisé. Mais personne ne devrait oublier un simple fait au moment de débattre de la peine capitale: Theresa Rodriguez est morte il y a quinze ans jour pour jour. Sa vie valait $2000 pour son mari et pour Rolando Ruiz.

Advertisements

Leave a comment

Filed under death row, Texas, US news

Greg Wright facing execution – Greg Wright: bientôt exécuté?

A lot of you have listened to Death Row Radio, my story for Swiss Public Radio about a radio broadcasting on death row in Texas. You have heard my interview with Connie Wright, a woman whose husband Greg is sitting on death row. Greg Wright asked the US Supreme Court to review his case. His petition was denied. It means that this man, who was convicted for a murder he claims he did not commit, will certainly will get a date soon to be executed in Texas. If you want to read more about his case, check his website.

As a man awaits his execution date, another one is about to spend the most exciting day of his young career and will soon know where in the NBA he is going to play next year. Today I met Joakim Noah, the son of tennis legend Yannick Noah. After two college championships with the Florida Gators, Noah is taking part in the NBA draft tomorrow. He will sign his firs contract as a professional, earn millions and . live his American dream. The fascinating thing about the US, is that the nightmare is never far from the dream and you can feel it.

Beaucoup d’entre vous ont écouté “La radio des condamnés à mort”, mon reportage pour la Radio Romande. Il s’agit de cette sation FM qui émet dans les couloirs de la mort au Texas. Vous avez pu entendre mon interview avec Connie Wright, l’épouse de Greg Wright, un condamné à mort. Les avocats de ce dernier ont récemment demandé à la Cour Suprême des Etas-Unis de rouvrir le cas. Cette dernière vient de refuser, estimant que toutes les procédures judiciaires ont été respectées. Cela veut dire que Greg Wright, un homme condamné à mort pour un meurtre qu’il affirme n’avoir pas commis, va bientôt recevoir sa date d’exécution au Texas. Si son cas vous intéresse, vous pouvez voir son site Internet.

Pendant qu’un homme attend son exécution, un autre s’apprête à vivre jeudi le jour le plus beau de sa jeune carrière. Cet homme va savoir dans quel club de NBA il va évoluer l’année prochaine. J’ai rencontré aujourd’hui Joakim Noah, le fils de la légende du tennis Yannick Noah. Après avoir remporté deux titres universitaires avec les Florida Gators, Joakim Noah va participer demain soir au Draft de la NBA. Il va signer son premier contrat de joueur de basket pro, gagner des millions de dollars et vivre son rêve américain. Ce que je trouve fascinant aux Etats-Unis, c’est que le cauchemar n’est jamais très loin du rêve. Et ça se sent ici.

Leave a comment

Filed under death row, prisons, radio, sport, Texas

Sad birthday song for Juan Ramirez – Triste chanson d’anniversaire pour Juan Ramirez

inmateswall1.jpg

“For Juan Ramirez. With love, Marisol”. Looking at the CD cover in the studios of KDOL radio in Livingston, I did not know what to think. These few words have been written by a woman whose husband is on death row. It was Juan Ramirez’ birthday that Sunday of March. His wife had brought a CD with Mexican tunes to be broadcast during the show for death row inmates. I could not help but imagining Juan Ramirez sitting in his bare, concrete cell and listening to the music. What did he think? I imagined Marisol listening to the same tune that Sunday. What did she feel?

I asked Joy, the woman running the “shout out show” for death row inmates, why Ramirez had been sentenced to death. She could not tell me. Joy does not want to know what men like Ramirez did. Her goal is to try to save their souls. Not knowing why these men are sitting on death row probably helps her fight for them. I had to check though. Juan Ramirez was sentenced to death for the murder of six people. According to his file , he entered a house with 10 co-defendants on January 5 2003 in Hidalgo County (Texas) to steal a large quantity of marijuana. During the course of the robbery, he is accused of having killed 6 men with his co-defendants. He was 18 at the time of the offense. I still have the song Marisol brought for her husband. This mariachi tune is now for me the sound of death row. It is also the sound of failure.

It reminds me of a passage I read in “Travels in the Scriptorium”, the new book by Paul Auster. It is a dialogue between a woman and an old man who is identified as Mr Blank. The old man has no memory of who who he is or what he did. He just remembers he hurt the woman who is taking care of him now. He says he is sorry. Here is the woman’s reply written by Auster: “Don’t be. Without you, I would never met David in the first place. Believe me, Mr Blank, it isn’t your fault. You do what you have to do. And then things happen. Good things and bad things both. That’s the way it is. We might be the ones who suffer, but there’s a reason for it, a good reason, and anyone who complains about it doesn’t understand what it means to be alive”. I am wondering if Marisol sees it that way. When I listen to the tune, I am really wondering.

You can listen on my radio story for Swiss Public Radio by clicking here.

“Pour Juan Ramirez. Avec mon amour, Marisol”. Je regarde la couverture du CD qui trône dans les studios de KDOL radio et ne sais que penser. Ces quelques mots ont été écrits par l’épouse d’un condamné à mort dont c’était l’anniversaire en ce dimanche de mars où je fais le reportage. La femme de Juan Ramirez a apporté ce disque pour que la radio passe quelques-uns des morceaux favoris de son mari. Je ne peux m’empêcher de me demander à quoi Ramirez est en train de penser en écoutant ce morceau de mariachis. Je l’imagine dans sa petite cellule des couloirs de la mort. J’imagine aussi Marisol écoutant la même chanson quelque part au Texas. Je demande alors à Joy, la femme qui s’occupe du programme de radio pour les condamnés à mort, si elle sait ce que Ramirez a fait. Elle me répond que non. Elle ne regarde jamais ce que ces hommes ont fait. C’est probablement le moyen qu’elle a trouvé pour remplir la mission qu’elle s’est fixée. A savoir sauver l’âme de ces hommes qui attendent leur dernière heure. Le dossier de Ramirez est éloquent: L’homme est accusé d’avoir abattu 6 hommes avec dix complices lors d’un vol d’une importante quantité de marijuana le 5 janvier 2003 dans un comté texan. Juan Ramirez avait 18 ans au moment du crime.

J’ai gardé la chanson de Marisol pour son mari. Quand je l’écoute, c’est pour moi l’air des couloirs de la mort et celui d’un terrible échec. Cela me rappelle un passage de “Travel in the Scriptorium”, le dernier livre de Paul Auster.

Auster y raconte l’histoire d’un vieil homme que l’on connaît sous le nom de Mr. Blank (Littéralement M. Néant) parce qu’il ne se rappelle rien. Il se souvient en revanche vaguement avoir fait mal à la femme qui s’occupe de lui au moment où se déroule le dialogue. Il dit être désolé. Elle lui répond: “Ne le soyez pas. Je n’aurais jamais rencontré david sans cela. Croyez-moi, M.Blank, ce n’est pas de votre faute. Vous avez fait ce que vous deviez faire et les choses arrivent. Les bonnes choses comme les mauvaises. C’est comme cela que ça se passe. Nous sommes peut-être celles qui souffrent. Mais il y a une raison, une bonne raison. Et les personnes qui se plaignent ne savent pas ce que c’est d’être en vie”. Je me demande si Marisol voit les choses de cette manière. Quand j’écoute la chanson d’anniversaire pour son mari, je me demande vraiment si c’est le cas.

Cliquer ici pour écouter mon reportage pour la Radio Suisse Romande

1 Comment

Filed under death row, prisons, Texas