Category Archives: prisons

Les femmes d’Obama, le rêve d’Hillary Clinton

Les médias et analystes de la campagne présidentielle américaine aiment découper l’électorat en tranches. En Pennsylvanie, prochain Etat à organiser sa primaire le 22 avril, Barack Obama devance largement Hillary chez les jeunes, les Afro-Américains, chez les électeurs démocrates qui sont opposés à la guerre en Irak. Hillary, elle, est en tête chez les femmes, les personnes âgées et les Blancs. Un sondage publié aujourd’hui par Reuters montre que l’avance de l’ancienne First Lady sur son rival de l’Illinois est en train de fondre en Pennsylvanie. L’épouse de Bill Clinton récolte 50% des intentions de vote contre 44% pour Obama. Il y a quelques semaines encore, l’écart entre les deux était deux fois plus élevé.

Pour continuer à refaire son retard, Obama cherche aujourd’hui à convaincre les femmes. Lors des dernières primaires, les femmes ont massivement plébiscité Hillary et le sénateur de l’Illinois a décidé de faire en sorte que cela change. Du coup, alors qu’Hillary Clinton tente de mettre en avant son côté homme, Barack Obama joue son atout femme. Dès aujourd’hui, sa campagne diffuse un nouveau spot publicitaire en Pennsylvanie, où on voit Barack entouré de femmes. Sa demi-soeur Maya Soetoro-Ng affirme que “les gens se reconnaissent en Barack et ont l’impression qu’il les comprend”. Il y a aussi sa grand-mère, sa femme et ses deux filles. Le spot vise clairement ce que les Américains appellent les “Soccer Moms” (littéralement mamans football), ces mères de famille résidant dans les interminables “suburbs” (agglomérations) des villes américaines.

Hillary Clinton a elle aussi lancé une nouvelle campagne de pub en Pennsylvania. L’un des cinq spots diffusés dans les principales villes de Pennsylvanie, s’ouvre par des images d’Hillary petite fille en 1950. La candidate démocrate à la présidentielle dit aux téléspectateurs: “C’est moi à Scranton, où mon père a été élevé et où mon grand-père travaillait dans une minoterie”. Hillary parle ensuite de ses vacances dans la maison familiale, où il n’y avait “pas de chauffage ni de douche mais la joie d’être en famille”. Elle raconte avoir a été élevée avec le rêve américai. Elle assure toujours y croire même si celui-ci a, selon elle, été quelque peu négligé ces derniers temps. Le spot se finit sur une photo d’Hillary, une promesse aux électeurs – “Je vous promets que vous rêverez de nouveau” – et un slogan: “une présidente qui sera forte pour nous”. Après des semaines d’attaques fratricides, les deux rivaux démocrates semblent avoir opté pour la corde sensible.

Leave a comment

Filed under death row, Photography, prisons

Death penalty: Texas vs US Supreme Court – Peine de mort: le Texas contre la Cour Suprême

Th US Supreme Court agreed last week to consider whether the lethal injections used to kill most prisoners are constitutional or cruel. But that did not deter Texas from executing Michael Richard, 48. Within hours of the Supreme Court’s decision to consider the issue, the Lone Star State gave him a lethal injection for raping and killing a mother of seven in 1986. And the US Supreme Court did not move to stop the execution. Two days later, the Court granted a stay of of execution to Carlton Turner, 28, condemned in Texas for killing his adoptive parents. Is that fair? Not really, I guess. But there is not much logic when you talk about death penalty in the US. The coming are going to be extremely interesting on that question of capital punishment.

La Cour Suprême des Etats-Unis a accepté la semaine dernière de se pencher sur la question des exécutions par injection léthale pour tenter de déterminer si cette sentence constitue une punition cruelle. Mais cela n’a pas empêché le Texas d’exécuter Michael Richard, 48 ans, condamné à mort pour avoir violé et tué une mère de sept enfants. Richards a été exécuté par injection léthale et la Cour n’a pas bronché. Deux jours plus tard, elle a pourtant autorisé un report d’exécution pour Carlton Turner, 28 ans, condamné à la peine capitale pour avoir assassiné ses parents adoptifs. Ce n’est pas franchement jsute, mais quand on parle de peine de mort aux Etats-Unis, il n’y a pas vraiment de logique. Il est enrevanche certain que les prochains mois vont être très importants pour l’avenir de la peine de mort ici.

1 Comment

Filed under death row, prisons, US news

What is going on in Texas? – Que se passe-t-il au Texas?

lave.jpeg

Joseph Lave. The man was scheduled to die last week. But last Thursday, a judge spared a convicted double murderer who was set to die, after the prosecutor’s office discovered evidence they believed had been withheld from the condemned man’s attorneys. One might really question the district attorney’s handling of the case. How could he keep a second polygraph test given to a co-defendant of Joseph Lave reflecting on the man’s credibility from the court and say it did not exist? Lave was one of three robbers involved in the beating and slashing deaths of Justin Marquart and Frederick Banzaf, both 18, at a Richardson sporting goods store the night before Thanksgiving in 1992.

Last week, the Texas Court of Criminal Appeals has also for the second time handed convicted killer Raymond DeLeon Martinez a chance to avoid execution. Mr Martinez has been sentenced to die for the 1983 robbery-murder of a Houston tavern owner. The Houston Chronicle reports that the court invalidated Martinez’s 1989 death sentence and remanded the case to the trial court for another punishment hearing. If Martinez is sentenced to life, he would be eligible for parole consideration. Writing for the court, Judge Barbara Parker Hervey found that state District Judge Bob Burdette’s charge to the jurors in 1989 failed to provide them with a vehicle for considering possible mitigating evidence, specifically Martinez’s history of mental illness.

It is good to see that the safeguards are working in Texas but these cases raise question. In Lave’s case, the prosecutor’s actions were the actions of a man seeking vengeance and a quick victory instead of a man seeking justice. And this is deeply troubling, isn’t it?

Joseph Lave. L’homme aurait dû mourir la semaine dernière. Mais jeudi dernier, un juge a stoppé la procédure d’exécution de l’homme condamné à mort pour un double meurtre, après avoir découvert que des éléments du dossier avaient été cachés au jury et aux avocats de la défense par le procureur en charge de l’affaire. Il y a de quoi se poser des questions: comment l’accusation a-t-elle pu se permettre d’affirmer que les résultats d’un test de détecteur de mesonges de l’une des personnes accusant Lave n’existaient pas alors que ces derniers remettaient sérieusement en doute la crédibilité du témoin? Lave, 41 ans, était l’un des trois cambrioleurs impliqués de le meurtre de deux jeunes hommes de 18 ans en 1992.

Parallèlement, la Cour d’Appel du Texas a donné une seconde chance à un condamné à mort d’échapper à une exécution. Raymond DeLeon, 61 ans, est dans les couloirs de la mort pour le meurtre d’un tenancier de pub à Houston en 1983. La Cour a demandé l’annulation de la peine de mort et l’organisation d’une nouvelle audience pour déterminer la peine de DeLeon. Les magistrats ont estimé que le jury n’avait pas reçu toutes les pièces du dossier de la part du procureur, notamment celles concernant les éléments concernant les problèmes psychiatriques de DeLeon, avant de se prononcer sur sa peine. Cette dernière pourrait désormais être commuée en peine de prison à vie.

Il est réjouissant de voir que certains gardes-fous fonctionnent au Texas et permettent de stopper des exécutions pouvant être considérées comme abusives. Mais l’action des procureurs, notamment celles de l’homme en charge du dossier Lave, sont inquiétantes. Ca ressemble beaucoup plus à de la vengeance qu’à de la justice.

Leave a comment

Filed under death row, prisons, Texas

10 years in prison for consensual oral sex – 10 ans de prison pour une relation sexuelle orale entre deux ados

Genarlow Wilson was 17. His girlfriend was 15. After a New Year Eve’s party in 2003, the young man was caught on videotape having consensual oral sex with the 15 year-old girl. The teenager from Georgia was charged with child molestation under a 1995 law in that Sate and was convicted to 10 years in prison. One might be wondering what went through the mind of the prosecutor who could require such a harsh sentence for two fellow teenagers having consensuak oral sex. Today, Wilson’s lawyers fought for his release in the Georgia Supreme Court. Such a stupid and harsh sentence for the young man prompted to change the law in 2006. In June, a judge ordered Wilson to be freed from prison but because of an appeal by the state attorney general, Genarlow Wilson remained behind bars. This is one of the craziest examples of the legal malfunction in the U.S. One can only hope Wilson will be released. The worst thing is that even if he is freed, he will remain listed on Georgia’s sex offenders registry with the child rapists, pedophiles and other molesters. The U.S. can really be a scary country.

Genarlow Wilson avait 17 ans. Son amie en avait 15. A l’issue d’une fête pour célébrer le le Nouvel An 2003, Wilson et la jeune fille ont été filmés en train d’avoir une relation sexuelle orale. L’adolescent a écopé de dix ans de prison pour cet acte. On peut vraiment se demander ce qui s’est passé dans la tête du procureur pour que celui-ci réclame une peine aussi lourde pour ça. L’homme n’a-t-il lui-même jamais été adolescent? Cette peine aussi stupide que brutale a incité l’Etat de Géorgie a modifié sa loi en 2006 pour éviter que les adolescents qui auraient des relations sexuelles consenties, se retrouvent en prison pour des années. Un juge a demandé le mois dernier la remise en liberté de Wilson. Mais le procureur général de l’Etat a fait appel. Les avocats du jeune homme ont plaidé sa cause hier à la Cour Suprême de Géorgie. Mais le plus fou dans cette histoire est que même si Genarlow Wilson est libéré, son nom figurera au registre des délinquants sexuels au milieu de ceux des violeurs d’enfants pédophiles. Le système légal américain est parfois vraiment effrayant.

Leave a comment

Filed under prisons, US news

Greg Wright facing execution – Greg Wright: bientôt exécuté?

A lot of you have listened to Death Row Radio, my story for Swiss Public Radio about a radio broadcasting on death row in Texas. You have heard my interview with Connie Wright, a woman whose husband Greg is sitting on death row. Greg Wright asked the US Supreme Court to review his case. His petition was denied. It means that this man, who was convicted for a murder he claims he did not commit, will certainly will get a date soon to be executed in Texas. If you want to read more about his case, check his website.

As a man awaits his execution date, another one is about to spend the most exciting day of his young career and will soon know where in the NBA he is going to play next year. Today I met Joakim Noah, the son of tennis legend Yannick Noah. After two college championships with the Florida Gators, Noah is taking part in the NBA draft tomorrow. He will sign his firs contract as a professional, earn millions and . live his American dream. The fascinating thing about the US, is that the nightmare is never far from the dream and you can feel it.

Beaucoup d’entre vous ont écouté “La radio des condamnés à mort”, mon reportage pour la Radio Romande. Il s’agit de cette sation FM qui émet dans les couloirs de la mort au Texas. Vous avez pu entendre mon interview avec Connie Wright, l’épouse de Greg Wright, un condamné à mort. Les avocats de ce dernier ont récemment demandé à la Cour Suprême des Etas-Unis de rouvrir le cas. Cette dernière vient de refuser, estimant que toutes les procédures judiciaires ont été respectées. Cela veut dire que Greg Wright, un homme condamné à mort pour un meurtre qu’il affirme n’avoir pas commis, va bientôt recevoir sa date d’exécution au Texas. Si son cas vous intéresse, vous pouvez voir son site Internet.

Pendant qu’un homme attend son exécution, un autre s’apprête à vivre jeudi le jour le plus beau de sa jeune carrière. Cet homme va savoir dans quel club de NBA il va évoluer l’année prochaine. J’ai rencontré aujourd’hui Joakim Noah, le fils de la légende du tennis Yannick Noah. Après avoir remporté deux titres universitaires avec les Florida Gators, Joakim Noah va participer demain soir au Draft de la NBA. Il va signer son premier contrat de joueur de basket pro, gagner des millions de dollars et vivre son rêve américain. Ce que je trouve fascinant aux Etats-Unis, c’est que le cauchemar n’est jamais très loin du rêve. Et ça se sent ici.

Leave a comment

Filed under death row, prisons, radio, sport, Texas

The Angola coffins – Les cercueils d’Angola

prisonext01-1.jpg

Angola is back in the news thanks to Richard Liggett, one of its prisoners. Shortly before dying, the convicted murderer was asked to build caskets for Billy and Ruth Graham, the famous U.S. evangelical leader and his wife. One of the two coffins was used this week end as Ruth Graham was buried today in Charlotte, North Carolina. Liggett, a lifer died in March after spending 31 years behind bars at Angola.

I know the Louisiana State Penitentiary pretty well as it was the topic of Razor Wire Rodeo, the documentary I co-authored with Nicolas Pallay last year. Most of the 5108 inmates there have been convicted to life in prison and will never leave Angola alive. The penitentiary even has a cemetery for those who have no families left “on the streets”. I attended a funeral there. A few prisoners carried the coffin made at Angola, prayed briefly and buried him. Imagine dreaming of freedom all your life and having to be buried in the penitentiary in a coffin made by fellow prisoners. By the way, the cemetery is next to the new golf course Burl Cain, the powerful Angola warden, created a couple of years ago.

The frustrating thing about Angola is the talent you have there. You have guys painting, building cabinets and repairing cars. I am still in touch with Jerry Brown, the inmate we focused on in our documentary. Jerry is an incredible rapper, writer and boxer. Jerry killed a man when he was 18 and he will probably never get out of Angola. I recently sent him a letter to ask him if I could publish parts of his letters on this blog. He has not replied yet. But if he agrees, I will. The idea is to show you what is going on in the mind of man sentenced to “death by incarceration”.

On reparle actuellement aux Etats-Unis du pénitencier d’Angola grâce à un homme, Richard Liggett, l’un de ses détenus. Peu avant de mourir, l’homme condamné à la prison à perpétuité pour meurtre, a reçu un mandat particulier. On lui demandé de de constrtuire des cercueils pour Billy Graham, l’un des évangéliques les plus connus aux Etats-Unis, et pour sa femme Ruth. L’un de ces cercueils a été utilisé ce week-end lors de l’enterrement de Ruth Graham à Charlotte, en Caroline du Nord. Ligget, lui, est mort en mars dernier d’un cancer après avoir passé 31 ans derrière les barreaux.

Je connais bien le pénitencier d’Angola en Louisiane car c’était le sujet du Rodéo des Condamnés, dont je suis le co-auteur avec Nicolas Pallay. La plupart des 5108 détenus d’Angola ont été condamnés à la prison à perpétuité et ne quitteront jamais cette prison lovée dans un bras du Mississipi. Les hommes qui n’ont plus de famille à l’extérieur, sont même enterrés dans le cimetière du pénitencier. J’ai assisté à l’une de ces cérémonies. Ce fut bref. Quelques prisonniers volontaires ont porté le défunt vers sa dernière demeure. Ils ont prié pour lui et l’ont mis en terre. Ces détenus “croque-morts” savent qu’un jour ce sera leur tour et qu’ils risquent de se retrouver dans l’anonyme cimetière, à deux pas du terrain de golfe que Burl Cain, le puissant directeur d’Angola, a fait ouvrir récemment.

La chose la plus frustrante à Angola est le talent de beaucoup détenus. Il y a des peintres, des artisans, des mécaniciens. Je suis toujours en contact avec Jerry Brown, le priosnnier sur lequel nous nous sommes concentrés dans le documentaire. Jerry est un rappeur, un auteur et un boxeur très talentueux. Il a tué un homme à l’âge de 18 ans et va probablement terminer sa vie à Angola. Je lui ai récemment demandé si je pouvais publier des extraits de ses lettres sur ce blog. Je n’ai pas encore sa réponse mais s’il accepte, je le ferai car ses écrits permettent de voir ce qui se passe dans la tête d’un homme qui a été “condamné à mort par incarcération”. Une démarche que je conçois comme journalistique et non pas militante.

3 Comments

Filed under Angola, prisons, religion, US news

In California, gay inmates will be allowed conjugal visits – La Californie, les détenus homosexuels auront le droit aux visites conjugales

California is about to allow gay and lesbian inmates overnight conjugal visits. The state will be the first one in the U.S. to permit these same-sex stays in prison.Vernon Foeller, 40, a gay man who had been serving a 20-month sentence for attempted burglary, and the American Civil Liberties Union (ACLU) had threatened to sue the State it did not allow gay inmates the same rights as the heterosexual prisoners. Foeller and the ACLU wanted California to conform to the 2005 law providing equal rights for registered domestic partners in the State, including gay partners. They claimed these rights should apply to gay inmates. Foeller was released in April. Overnight visits have been allowed in California prisons since the 1970s.

La Californie est sur le point de permettre les visites conjugales pour les détenus homosexuels. Cet Etat sera le premiers aux Etats-Unis à autoriser de telles visites. Vernon Foeller, 40 ans, un détenu gay condamné à une peine de 20 mois pour tentative de cambriolage, et l‘Union Américaine pour les Libertés Civiles (ACLU) avaient menacé de poursuivre la Californie en justice si cette dernière n’autorisait pas les visites conjugales pour les prisonniers homosexuels. En 2005, une loi donnant les mêmes droits aux couples non mariés qu’aux couples mariés, est entrée en vigueur en Californie. Elle inclut les partenaires homosexuels. Foeller et l’ACLU demandaient que cette loi s’applique aux détenus homosexuels pour que ces derniers puissent aussi recevoir des visites conjugales. La Californie autorise ce genre de visites pour les détenus hétérosexuels depuis les années 1970. Foeller a obtenu gain de cause pour ses congénères. Il a lui été libéré en avril.

Leave a comment

Filed under prisons, US news

“Dr Death” is free – “Docteur la Mort” est libre

Jack Kevorkian, the doctor who claims to have helped at least 130 terminally-ill patients to die, was released from a Michigan prison today after spending 8 years behind bars. The 79-year-old retired pathologist dubbed “Dr Death” for his role in the assisted suicides,  plans to live in the Detroit area. In a recent interview with a Detroit TV channel, Kevorkian had said he still believed in people’s right to die.

Jack Kevorkian, le docteur qui affirme avoir aidé à mourir au moins 130 patients en phase terminale, a été libéré de prison aujourd’hui dans le Michigan, après avoir passé huit ans derrière les barreaux. L’homme que l’on surnomme “Docteur La Mort” aux Etats-Unis, souhaite vivre dans la région de Detroit. Dans une interview récente à une chaîne de télévision  du Michigan, Kevorkian avit réitéré ses convictions: il reste pour le droit des personnes malades à choisir le moment de leur mort.

Leave a comment

Filed under prisons, US news

Sad birthday song for Juan Ramirez – Triste chanson d’anniversaire pour Juan Ramirez

inmateswall1.jpg

“For Juan Ramirez. With love, Marisol”. Looking at the CD cover in the studios of KDOL radio in Livingston, I did not know what to think. These few words have been written by a woman whose husband is on death row. It was Juan Ramirez’ birthday that Sunday of March. His wife had brought a CD with Mexican tunes to be broadcast during the show for death row inmates. I could not help but imagining Juan Ramirez sitting in his bare, concrete cell and listening to the music. What did he think? I imagined Marisol listening to the same tune that Sunday. What did she feel?

I asked Joy, the woman running the “shout out show” for death row inmates, why Ramirez had been sentenced to death. She could not tell me. Joy does not want to know what men like Ramirez did. Her goal is to try to save their souls. Not knowing why these men are sitting on death row probably helps her fight for them. I had to check though. Juan Ramirez was sentenced to death for the murder of six people. According to his file , he entered a house with 10 co-defendants on January 5 2003 in Hidalgo County (Texas) to steal a large quantity of marijuana. During the course of the robbery, he is accused of having killed 6 men with his co-defendants. He was 18 at the time of the offense. I still have the song Marisol brought for her husband. This mariachi tune is now for me the sound of death row. It is also the sound of failure.

It reminds me of a passage I read in “Travels in the Scriptorium”, the new book by Paul Auster. It is a dialogue between a woman and an old man who is identified as Mr Blank. The old man has no memory of who who he is or what he did. He just remembers he hurt the woman who is taking care of him now. He says he is sorry. Here is the woman’s reply written by Auster: “Don’t be. Without you, I would never met David in the first place. Believe me, Mr Blank, it isn’t your fault. You do what you have to do. And then things happen. Good things and bad things both. That’s the way it is. We might be the ones who suffer, but there’s a reason for it, a good reason, and anyone who complains about it doesn’t understand what it means to be alive”. I am wondering if Marisol sees it that way. When I listen to the tune, I am really wondering.

You can listen on my radio story for Swiss Public Radio by clicking here.

“Pour Juan Ramirez. Avec mon amour, Marisol”. Je regarde la couverture du CD qui trône dans les studios de KDOL radio et ne sais que penser. Ces quelques mots ont été écrits par l’épouse d’un condamné à mort dont c’était l’anniversaire en ce dimanche de mars où je fais le reportage. La femme de Juan Ramirez a apporté ce disque pour que la radio passe quelques-uns des morceaux favoris de son mari. Je ne peux m’empêcher de me demander à quoi Ramirez est en train de penser en écoutant ce morceau de mariachis. Je l’imagine dans sa petite cellule des couloirs de la mort. J’imagine aussi Marisol écoutant la même chanson quelque part au Texas. Je demande alors à Joy, la femme qui s’occupe du programme de radio pour les condamnés à mort, si elle sait ce que Ramirez a fait. Elle me répond que non. Elle ne regarde jamais ce que ces hommes ont fait. C’est probablement le moyen qu’elle a trouvé pour remplir la mission qu’elle s’est fixée. A savoir sauver l’âme de ces hommes qui attendent leur dernière heure. Le dossier de Ramirez est éloquent: L’homme est accusé d’avoir abattu 6 hommes avec dix complices lors d’un vol d’une importante quantité de marijuana le 5 janvier 2003 dans un comté texan. Juan Ramirez avait 18 ans au moment du crime.

J’ai gardé la chanson de Marisol pour son mari. Quand je l’écoute, c’est pour moi l’air des couloirs de la mort et celui d’un terrible échec. Cela me rappelle un passage de “Travel in the Scriptorium”, le dernier livre de Paul Auster.

Auster y raconte l’histoire d’un vieil homme que l’on connaît sous le nom de Mr. Blank (Littéralement M. Néant) parce qu’il ne se rappelle rien. Il se souvient en revanche vaguement avoir fait mal à la femme qui s’occupe de lui au moment où se déroule le dialogue. Il dit être désolé. Elle lui répond: “Ne le soyez pas. Je n’aurais jamais rencontré david sans cela. Croyez-moi, M.Blank, ce n’est pas de votre faute. Vous avez fait ce que vous deviez faire et les choses arrivent. Les bonnes choses comme les mauvaises. C’est comme cela que ça se passe. Nous sommes peut-être celles qui souffrent. Mais il y a une raison, une bonne raison. Et les personnes qui se plaignent ne savent pas ce que c’est d’être en vie”. Je me demande si Marisol voit les choses de cette manière. Quand j’écoute la chanson d’anniversaire pour son mari, je me demande vraiment si c’est le cas.

Cliquer ici pour écouter mon reportage pour la Radio Suisse Romande

1 Comment

Filed under death row, prisons, Texas

Exonerated in Dallas – Exonéré à Dallas

Those who have seen Razor Wire Rodeo, the feature documentary I co-authored with director Nicolas Pallay, know what I talking about. The US justice system has flaws. Yesterday, James Curtis Giles joined a growing list of men exonerated by DNA evidence in Dallas County. Giles spent 10 years in prison for a gang rape he did not commit, before his release in 1993. The 53-year old who runs a bail bond office, was on parole until 2013.
Since Texas passed a law in 2001 allowing the re-examination of certain convictions, 13 inmates have been cleared by DNA testing in Dallas County. James Curtis Giles’ case was one of mistaken identity.
Meanwhile, in Louisiana, there is movement to free Gary Tyler from Angola, the State Penitentiary there. 19 sports figures have asked Louisiana Governor Kathleen Blanco to pardon Tyler, who was once the youngest person on death row in Louisiana. Tyler, a black man, was charged in 1974 in the murder of a white student. He was 16 at the time.
For those interested in the Louisiana corrections practices, check professor Burk Foster’s excellent website.

Ceux qui ont vu Le Rodéo des Condamnés, le documentaire dont je suis le co-auteur avec le réalisateur Nicolas Pallay, savent de quoi je parle. Le système légal américain a des lacunes. Hier, James Curtis Giles, a rejoint une liste toujours plus importante d’hommes exonérés à la suite d’analyses ADN dans le comté de Dallas. Giles a passé 10 ans en prison pour un viol qu’il n’a pas commis avant d’être libéré en 1993. L’homme de 53 ans était en sursis jusqu’en 2013.
Depuis que le Texas a passé une loi en 2001 qui autorise la ré-ouverture de certains cas, 13 détenus ont été exonérés dans le comté de Dallas. Giles avait été condamné à la place d’un autre homme qui avait le même nom que lui.
Pendant ce temps, en Louisiane, un mouvement s’organise pour faire libérer Gary Tyler d’Angola, le pénitencier qui est le sujet du Rodéo des Condamnés. 19 personnalités sportives ont contacté Kathleen Blanco, la gouverneure de l’Etat, pour lui demander de grâcier Tyler qui était à une époque le plus jeune détenu dans les couloirs de la mort. Tyler, un Noir, a été accusé en 1974 du meurtre d’un écolier blanc. Il avait 16 ans.
A ceux qui s’intéressent au système légal et carcéral de Louisiane, je recommande l’excellent site internet du professeur Burk Foster, un expert sur la question.

Leave a comment

Filed under Angola, documentary, prisons, Texas, US news