Category Archives: US news

Pendant ce temps, McCain poursuit sa route

69% des Américains ont une opinion négative de George Bush. Les sondeurs de Gallup, l’un des principaux instituts de sondages aux Etats-Unis, n’avaient jamais vu un président aussi impopulaire que “W”. 63% des Américains pensent que la guerre en Irak que soutient John McCain, était une erreur. Le candidat républicain à la présidentielle a récemment admis que l’économie, principale préoccupation des Américains en ce moment, n’était pas “son fort”. Dans un tel contexte, John McCain devrait n’avoir aucune chance de battre le candidat démocrate à la Maison Blanche lors de la présidentielle de novembre. Et pourtant. Les sondages montrent que le sénateur de l’Arizona fait pour l’instant quasiment jeu égal avec Barack Obama et Hillary Clinton. Son parcours – héros du Vietnam, républicain indépendant, leader reconnu – parle aux Américains. Et parallèlement, les démocrates continuent à se déchirer à huit jours des primaires de l’Indiana et de Caroline du Nord.

Ce matin, le New York Times indique que Barack Obama est en train de modifier son message pour tenter d’aller chercher les voix des cols bleus. Dimanche, il était dans une église d’Indianapolis. Vendredi, il a joué au basket avec des étudiants. Les meetings dans des immenses stades sont remplacés par des discussions avec des électeurs dans des salles plus petites. Il semble éviter d’attaquer la First Lady frontalement comme il l’avait fait ces dernières semaines en Pennsylvanie.

Pendant qu’Obama qui est décrit dans l’article du Times comme “ennuyé” par son interminable bataille contre Hillary Clinton, se concentre de nouveau sur John McCain, son ancien pasteur Jeremiah Wright a “refait surface”. Le sénateur de l’Illinois avait dû répudier son pasteur après l’apparition d’extraits des sermons de ce dernier sur Youtube. Jeremiah Wright mettait notamment critiqué politique américaine au lendemain des attentats des 11 septembre 2001. Il avait aussi dit une fois “Que Dieu maudisse l’Amérique”. Le pasteur a donné vendredi une interview à une chaîne de télévision américaine, la première depuis le début de la controverse sur ses propos en mars. Dans un discours incroyable dimanche soir à l’occasion de la réunion de la NAACP à Detroit, une organisation historique qui se bat pour les droits des noirs aux Etats-Unis, il s’est défendu d’être un homme qui divise les Américains. Jeremiah Wright s’est énergiquement prononcé en faveur d’un changement proche de celui que prône…Barack Obama (cf vidéo ci-dessous).

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008

La présidentielle américaine vue du pénitencier

447213169.jpgJerry Brown est en prison. Il est afro-américain, a 31 ans et ne reverra probablement jamais le monde extérieur. J’avais interviewé Jerry dans le cadre du Rodéo des Condamnés, le documentaire dont je suis le co-auteur avec le réalisateur Nicolas Pallay. A l’époque, Jerry Brown m’avait marqué par son intelligence et je suis resté en contact avec lui depuis la fin du tournage. A chacune de ses lettres, il me surprend. Nos échanges sont directs et nous ne sommes pas d’accord sur un point central: l’origine de son crime. Jerry – qui ne clame pas son innocence – affirme que le meurtre qu’il a commis, est la conséquence des inégalités entre Noirs et Blancs aux Etats-Unis. Jerry qui a grandi sans son père et avec une mère prisonnière des sa dépendance à la drogue, a rejoint un gang de Louisiane quand il était ado. Lors d’un deal de marijuana qui a mal tourné, Jerry Brown, 18 ans à l’époque, a abattu le dealer au cours d’une dispute. Arrêté quelques mois plus tard, il a été condamné à la prison à vie sans possibilité de remise de peine. Lorsqu’il blâme la société américaine pour son malheur, je lui fais remarquer que ses deux soeurs n’ont jamais eu de problèmes avec la justice et qu’elles travaillent dur pour réussir leur vie.

Ce désaccord ne nous empêche pas d’avoir une discussion par lettres interposées. Les limites sont claires. Je ne milite pas en sa faveur et ne crie pas à l’injustice. Avec Nicolas Pallay, nous lui avons donné la parole et avons décortiqué le système qui l’a condamné. Mais notre rôle de journalistes s’arrête là. Si j’ai décidé aujourd’hui de proposer à Jerry Brown de partager sa vision de la campagne présidentielle américaine avec vous, c’est parce que pense qu’il a quelque chose à dire. La démarche n’est pas journalistique mais plutôt philosophique. Alors que tout le monde parle de changement aux Etats-Unis, à quoi cela ressemble-t-il derrière les murs d’un pénitencier? Ce changement est-il concret? Jerry Brown a un autre avantage: il a une conscience ethnique très développée. Il passe ses journées à étudier les relations entre Blancs et Noirs aux Etats-Unis et y ajoute une dimension spirituelle qui est sa manière à lui de gérer sa réalité, à savoir celle d’un détenu qui ne reverra probablement jamais la liberté.

Je m’en remets à vous. Vous jugerez par vos visites sur ce blog si cette démarche est justifiée et si l’expérience vaut la peine d’être poursuivie.

Voici donc le billet de Jerry Brown:

Dans cette époque dominée par les messages cachés, il faut assumer que quand quelqu’un entend le nom Obama, quelque chose se produit inconsciemment. Dans notre esprit, le mot Obama est irrémédiablement lié au changement. Ce désir de changement est profondément réprimé mais c’est ce que la majeure partie de la socitété veut au fond d’elle. Et Obama est aujourd’hui le vecteur de cette sensation.

Quel changement? Pas un simpleme échange, un nouveau départ. Un départ qui porte en lui la source d’une vie productive, la liberté et la véritable recherche du bonheur. Ce changement balaie les tourments de la colère et de la culpabilité.

Il est grand temps de de revister l’esprit de Martin Luther King et d’écouter sa voix 40 longues années après sa mort. Nous vivons dans une société rongée par les soucis et les attentes toujours plus élevées, mais qui échoue. Ne nous voilons pas la face. Et écoutons cette voix qui ne demande pas une seule image comme Obama, mais un changement profond.

Jerry Brown

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008

La bataille Obama-Clinton avec une pincée de sel républicain

Quel démocrate les républicains souhaitent-ils affronter lors de la présidentielle de novembre? A entendre les compliments que certains d’entre eux font à Hillary Clinton depuis sa victoire de mardi en Pennsylvanie, ils semblent vouloir que John McCain soit opposé à l’ancienne First Lady. Hier, Tom Ridge, ancien gouverneur républicain de Pennsylvanie et Secrétaire à la sécurité nationale du gouvernement Bush mais surtout directeur adjoint de la campagne de John McCain, a répété à plusieurs reprises sur la chaîne MSNBC qu’Hillary Clinton serait plus difficile à battre en novembre en Pennsylvanie, un Etat-clé.

Alors qu’Hillary Clinton répète quotidiennement aux militants et élus de son parti qu’elle est plus éligible qu’Obama, ce soutien républicain ne semble pas anodin. L’ancienne First Lady a un problème majeur: sa popularité. Selon un sondage publié la semaine dernière dans le Washington Post, 54% des personnes interrogées ont une vision négative d’Hillary Clinton. Un record. Au début de l’année, sa “cote d’impopularité” était de 40%.

Obama a lui aussi plusieurs problèmes (ses liens dérangeants avec son ancien pasteur qui a notamment accusé les Etats-Unis d’être responsables du 11 septembre), mais les républicains semblent avoir plus peur de lui. Dans un spot publicitaire diffusé sur Youtube mais dénoncé par John McCain, le parti républicain de Caroline du Nord – prochain Etat à organiser sa primaire le 6 mai prochain – accuse Obama et les politiciens qui le soutiennent d’être trop extrêmes pour l’Etat. Il a ressorti des images de l’ancien pasteur d’Obama clamant: “Que Dieu maudisse l’Amérique!”. Message subliminal aux démocrates: votez Hillary.

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008

Plus de 20000 dollars pour la gauffre d’Obama

La défaite de Barack Obama en Pennsylvanie n’entache apparemment pas sa popularité aux Etats-Unis. Un petit malin qui avait récupéré une gauffre que Barack Obama n’avait pas réussi à terminer lors d’une halte de campagne à Scranton en Pennsylvanie, l’a mise en vente sur ebay. Les prix ont flambé et atteint la somme astronomique de 20100 dollars avant qu’ebay ne réagisse et ne retire le produit de ses enchères. La démarche a suscité d’autres vocations. Un artiste au sens du commerce développé, a peint la gauffre d’Obama et a mis a sa croute (jeu de mots trop facile, pas pu m’empêcher) en vente sur ebay. A l’heure actuelle, l'”oeuvre” intitulée “Mémoires du petit-déjeuner d’Obama” vaut 84 dollars.

John Oakes, le vendeur de la gauffre originale, a dit en plaisantant à la Scranton Times-Tribune qu’il aurait souhaité verser l’argent récolté sur ebay à…la campagne d’Hillary Clinton. Le lendemain de son petit-déjeuner à Scranton, Barack Obama a mangé des pancakes dans un diner de Pittsburgh. Mais cette fois, le Los Angeles Times affirme que le sénateur de l’Illinois a terminé son assiette.

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008

Ben Laden “invité” à la primaire de Pennsylvanie

“C’est le travail le plus dur du monde”. La voix qui lance le dernier spot publicitaire d’Hillary Clinton en Pennsylvanie, est grave. Dans les images qui suivent, se côtoient Fidel Castro, Ben Laden, l’attaque de Pearl Harbor, les dégâts provoqués par le cyclone Katrina à la Nouvelle-Orléans. “Vous devez être prêt à tout”, enchaîne la voix. “Surtout avec deux guerres, des prix de l’essence qui flambent et une économie en crise”. “Qui a ce qu’il faut [pour assumer ce travail]?”, conclut la voix alors qu’une photo montre HillaryClinton devant un panneau indiquant simplement “prêt”.

Au cours de cette longue campagne électorale, les spots publicitaires d’Hillary Clinton ont fait beaucoup plus parler d’eux que ceux de Barack Obama. Pourtant ce dernier n’est pas en reste. Ces derniers jours, il a constamment attaqué sa rivale et a affirmé aux électeurs qu’il a lui aussi “ce qu’il faut” pour être président.

Retrouvez sur ce blog les résultats de la primaire de Pennsylvanie dès leur publication dans la nuit de mardi à mercredi .

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008

Du pape à Obama

808993367.jpg

Riche journée samedi. Lever à 4 heures du matin. Arrivée à 5heures au centre de Manhattan, où le pape devait donner sa messe à la cathédrale St Patrick quatre heures plus tard. Première interview à 5 heures 15 avec Paule Saint-Hubert, une Américaine d’origine haïtienne, qui a passé toute la nuit devant des barrières de sécurité pour voir Benoît XVI. “J’aime son message d’espoir”, me dit-elle se matin-là. A 6 heures, fouille par la sécurité du pape dans une grand hôtel à quelques blocs de la cathédrale St Patrick. Départ en bus sous bonne escorte à 7 heures. Arrivée sur l’estrade face à la cathédrale à 7 heures 30. Attente. Le pape arrive à 9h02. Il reste moins de deux minutes sur le perron de la cathédrale le temps de saluer la foule et pour moi de prendre quelques photos. (Ma série est disponible sur le site en cliquant sur ce lien ou sur la photo). Pendant les deux heures qui suivent, interviews de fidèles venus voir le pape, puis départ pour Lancaster au coeur de la Pennsylvanie rurale, où Barack Obama a un meeting à 18h00. Après quatre heures de route, arrivée vers 17h30. Entretien avec Sue Whitley, une habitante de la ville. Comme Paule Saint-Hubert 12 heures plus tôt, Sue Whitley parle d’espoir. Elle dit hésiter entre Hillary Clinton et Barack Obama.

1604120366.jpgLe sénateur de l’Illinois arrive à 18h05 sous les yeux de 6000 à 8000 personnes. Son message a évolué depuis la dernière fois que je l’ai vu au Texas il y a six semaines et il attaque désormais frontalement sa rivale. Au cours de cette longue campagne électorale, Barack Obama a gagné en assurance mais il semble de plus en plus parler comme le politicien traditionnel qu’il affirme ne pas vouloir être (mes photos sont disponibles en cliquant sur ce lien ou sur la photo).

Le ton entre les deux adversaires démocrates est désormais franchement hostile. Cela ne semble toutefois pas énerver les électeurs démocrates de Pennsylvanie qui assistent en nombre aux meetings d’Hillary Clinton et de Barack Obama. Leur primaire a lieu ce mardi et vous pourrez lire mon reportage à Lancaster dans l’édition de demain de la Tribune ou de 24heures.

Ma journée de samedi a elle confirmé ce que je vois depuis des mois sur la route de la campagne électorale: qu’il soit spirituel ou politique, les Américains ont soif d’espoir.

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008

Les liens terroristes d’Obama?

C’est la nouvelle polémique de la campagne présidentielle américaine. Barack Obama aurait-il des liens avec des anciens terroristes américains? La question a été posée mercredi soir lors du dernier débat entre Barack Obama et Hillary Clinton. Les deux journalistes – Charles Gibson et George Stephanopoulos (ancien chef de la communication de….Bill Clinton) – voulaient savoir quelle était la relation entre le sénateur de l’Illinois et William Ayers, un ancien membre du groupe radical de gauche, Weather Underground. Ce mouvement actif à la fin des années 60 et au début des années 70, avait notamment posé une bombe au Pentagone en 1972. L’explosion avait causé d’importants dégâts matériels mais n’avait pas fait de victimes.

L’organisation dissoute en 1981 vient aujourd’hui hanter Obama. Né en 1961, le candidat à la présidentielle n’était qu’un enfant lorsque le Weather Underground faisait parler lui. Barack Obama vit cependant dans le même quartier que William Ayers et sa femme Bernardine Dohrn, deux anciens Weathermen. Ayers qui s’est reconverti, est aujourd’hui professeur d’université et très actif dans la vie de sa communauté. Au milieu des années 1990, il avait invité Barack Obama à une réunion chez lui et les deux hommes ont fait partie du conseil d’administration du Woods Fund, une fondation qui soutient des projets artistiques et civiques à Chicago. Ils ont apparu conjointement en 1997 à une conférence sur le thème de la justice pour les jeunes, organisée par l’Université de Chicago. Ils ont été à nouveau réunis en 2002 lors d’une manifestation à la bibliothèque de la ville.

Le sujet est très populaire dans les cercles conservateurs et une vidéo circulant sur Youtube, accuse Obama d’avoir des liens terroristes.

Le sujet est très populaire dans les cercles conservateurs. Obama s’est défendu mercredi en disant qu’Ayers est un “gars que je connais, qui vit dans mon quartier, est professeur et ne m’a pas officiellement soutenu”. ” Il a enchaîné: “Penser que connaître quelqu’un qui a commis des actes détestables il y a 40 ans -quand j’avais huit ans -, ait un impact sur moi et mes valeurs, n’a pas beaucoup de sens”. Barack Obama a également relevé que Bill Clinton avait officiellement donné son pardon à deux membres des Weather Underground.

Les deux journalistes d’ABC – et plus particulièrement George Stephanopoulos (qui était aussi conseiller de la campagne présidentielle de Bill Clinton en 1992)- ont dû défendre leur performance de mercredi soir. Ils ont passablement ménagé Hillary Clinton en ne lui posant qu’une question dérangeante alors qu’ils ont passé 45 minutes à “cuisiner” Obama. Ce débat semblait d’ailleurs être la réponse d’ABC à celui de la chaîne NBC il y a deux mois, lors duquel les journalistes s’étaient concentrés sur Hillary Clinton.

Leave a comment

Filed under US news, White House 2008